QU’EST CE QUE LA DéNUTRITION ?

La dénutrition est un « État pathologique dans lequel les besoins nutritionnels de l’organisme ne sont pas couverts. » (Larousse)

Concrètement, la dénutrition est provoquée par un déséquilibre entre les besoins de notre organisme et les apports nutritionnels.

Les carences les plus courantes sont en calories, en protéines et en vitamines et minéraux.

 Avec l’âge, il est fréquent que l’appétit diminue.

On a tendance à croire qu’il faut moins manger alors que nos besoins changent. Le corps se fragilise et il est donc nécessaire d’ajuster ses habitudes alimentaires pour que les apports nutritionnels soient adaptés.

Attention à ne pas confondre dénutrition et malnutrition !

La malnutrition se traduit par un déséquilibre entre les apports en éléments nutritifs et les besoins de l’organisme. Ce déséquilibre peut être le résultat d’insuffisance (dénutrition) mais également d’excès (obésité) d’un ou plusieurs nutriments essentiels, pendant une longue période.

La dénutrition n’est donc pas réservée aux gens maigres ; elle peut concerner, toute personne qui suit des régimes sévères ou qui jeûne.

Après 40 ans, la récupération est plus lente et difficile, le risque à de nombreuses complications augmente : infections répétées, syndrome inflammatoire chronique, augmentation des risques de pathologies cardiovasculaires et métaboliques, troubles cognitifs (mémoire, concentration).

quels sont les facteurs de risque de la dénutrition ?

Après 70 ans surviennent les maladies chroniques, c’est aussi l’âge où il est le plus difficile de modifier ses habitudes alimentaires.

 Notre manière de manger est impactée par des modifications physiologiques liées à l’âge :

  • Baisse de la vue,
  • Baisse de l’odorat,
  • Modification du goût avec une augmentation de la sensibilité aux sucres,
  • Baisse de la sensibilité au sel,
  • Augmentation du temps de digestion.

 Une des situations la plus fréquente est tout simplement le manque de motivation à bien se nourrir.

La solitude combinée à une perte d’appétit est un des cas les plus courants dans les risques de dénutrition.

 Ces facteurs s’ajoutent à une résistance à la renutrition ; la personne âgée, contrairement à un jeune adulte, ne compense pas ses apports énergétiques suite à une période de jeûne (survenant par exemple à la suite d’une hospitalisation). 

quelles sont les conséquences de la dénutrition ?

Les principales conséquences de la dénutrition sont :

  • fonte de la masse musculaire,
  • altération des différentes fonctions physiologiques (musculaire, immunitaire, cicatrisation…),
  • retentissement psychique et relationnel,
  • risque de chute,
  • baisse des défenses immunitaires et augmentation des Infections…,
  • difficulté à cicatriser.

Il est important de diagnostiquer précocement la dénutrition pour éviter des conséquences irréversibles.

Aussi si vous notez une perte de 2 kilos en un mois ou de 4 kilos au cours des 6 derniers mois, parlez-en à votre médecin. Si vous avez l’impression de flotter dans vos vêtements, c’est que vous avez dû perdre du poids. Demandez également conseil à votre médecin.

 

COMMENT COMBATTRE LA DéNUTRITION ?

 

 

Le meilleur traitement contre la dénutrition des personnes âgées reste la prévention.

La présence d’aidants familiaux ou professionnels aux heures des repas permettra de veiller à ce que la personne ait une alimentation régulière et équilibrée et rendra au repas sa convivialité.

L’aidant pourra également

  • accompagner la personne âgée pour faire ses courses, ou les faire à sa place,
  • aider à la préparation des repas en tenant de compte de ses goûts et de ses envies, ou les préparer pour la personne,
  • aider si besoin à prendre son repas.

Les conseils QUINTILIS pour vous aider à garder une bonne alimentation :

  • Gardez un œil sur le contenu de votre réfrigérateur et de vos placards pour vous assurer qu’ils sont toujours bien remplis.
  • Continuez de prendre 3 repas par jour, même s’ils sont plus légers. Si vous n’avez plus suffisamment faim pour terminer votre repas avec un produit laitier ou un fruit, mangez-les au goûter ou en collation dans la soirée.
  • Bannissez les produits allégés.
  • Privilégiez les protéines pour entretenir vos muscles : mangez, une à deux fois par jour, de la viande, des œufs ou du poisson. Optez également pour trois voire quatre produits laitiers par jour. Les légumes secs et les céréales sont également de très bonne source de protéines végétales.
  • Stimulez votre appétit en parfumant vos plats avec des épices ou des herbes aromatiques. Ne supprimez pas le sel de votre alimentation sauf si votre médecin vous l’a prescrit : cet ingrédient relève le goût des aliments.
  • Variez les modes de cuisson et les textures pour éviter la monotonie.
  • Mangez des plats qui vous font plaisir, qui vous rappellent des souvenirs.
  • Prenez le temps de décorer un peu la table (nappe, vaisselle, fleurs).
  • Soyez entouré(e) aussi souvent que possible pour éviter de prendre vos repas seul(e).
  • Pratiquez une activité régulière qui vous ouvrira l’appétit.

 

Les conseils QUINTILIS en cas de dénutrition, en plus des conseils précédents :

  • Enrichissez votre alimentation :
    • ajoutez du fromage râpé dans vos pâtes ou sur vos légumes.
    • complétez un gratin d’un œuf battu.
    • Enrichissez un potage avec du lait entier en poudre ou concentré, de la crème, du fromage râpé, un jaune d’œuf ou du jambon mouliné.
  • En plus de vos trois repas, rajoutez une collation le matin et une l’après-midi.

Vous souhaitez plus de renseignements ? Vous souhaitez que QUINTILIS vous accompagne pour trouver les aides aux repas ? Contactez-nous.